International Paris Conference on "The Political Communication of Protests and Emotions" / "La communication politique des protestations et des émotions"

International Paris Conference on "The Political Communication of Protests and Emotions" / "La communication politique des protestations et des émotions"

Tue, 25 Feb 2020 - Wed, 24 Jun 2020

Paris, France

More information


Submit a Proposal for this Event

Organized by: Centre for Comparative Studies on Political and Public Communication

Contact: ceccopop@gmail.com

On June 24-25, 2020, the Centre for Comparative Studies on Political and Public Communication (Ceccopop) will be holding its 26th annual conference in Paris in partnership with the International School of Political Studies of Paris East – UPEC University. The focus of the conference is on the role of political communication in the study of protests, demonstrations, and anomic displays of emotions.

Around the world we have seen the rise of protests and expressions of passion in opposition to dominant power structures, leaders, and elite decisions. American or Ukrainian new leaders without any traditional political background and backing have been elected showing, as in France, that the emotion is a major factor in the individual decision to vote (Foucault, 2017). Protests have occurred in long-established democracies, democracies in transition, and even non-democratic countries—invoking many forms of communication. Arab Springs, French seemingly never-ending protests and strikes and so-called "yellow vests" phenomenon, the American Women's March, Californian or Australian climate change petitions and marches, European countries xenophobic gatherings, achievements of Italian or Indonesian populist parties, Indian demonstration against anti-Muslim laws, the recent years have seen protests and emotions invade the political sphere with the help of the whole new range of tools granted by traditional and social media.

Anomic action is generally the result of some frustration with regular channels of politics i.e. a failure of communication between the governed and the government. Plato warns that: “When revolution comes it may seem to arise from little causes and petty whims; but though it may spring from slight occasions it is the precipitate result of grave and accumulated wrongs” (Bloom, 1968, 556). Likewise protests arise from a feeling of hurt or threat. They may be violent or peaceful; seek change or return to previous dominant patterns of privilege or power targeting particular governmental, economic, religious, or cultural elites. Additionally, counter-protests may arise based on issues or moral values. In all of these cases, protest is essentially a communicative action replete with emotions. Historically, emotions and cognition/reason have been viewed as disembodied and separate phenomena, but current research argues that they are integrally linked processes of understanding and meaning making (Marcus & al, 2000, Jasper, 2018). Through the lens of political communication scholars can explore the framing of protests, or the identities that are primed, and the agendas they set, which are all aspects of political communication.

Some possible questions. What communication tools help to spread or contain protest movements? What are the emotional messages conveyed in news media coverage of protests? What emotions are expressed under what conditions and by whom? What are the implications for governance with the spread of emotional protests? What emotions are expressed verbally, visually, aurally, symbolically? What are the emotions that drive people to protest? How do leaders use affective appeals to foment, channel or repress protests? How are some leaders managing to channel emotions in order to obtain or to maintain power? Have social media encouraged protests and how does it compare to protests a century ago, when populism and nationalism was rising?These central questions will be the subject of the international conference on comparative political communication to be held in Paris by the Center of Comparative studies in Political and Public Communication (www.ceccopop.com) in partnership with the International School of Political Studies of Paris East – UPEC University. This scientific event will bring together researchers and communication professionals from several countries.

The conference is organized by Philippe J. Maarek, Professor specialized in Political Communication at the Paris Est Créteil University (UPEC), former president of the Political Communication Research Sections of IPSA and IAMCR, associate member of the Sic.Lab Mediterrannée, former member of the Institute of Communication Science of CNRS, and head of CECCOPOP. He shares its scientific direction with Ann Crigler, Professor of Political Science and International Relations at the University of Southern California and Marion Just, Emerita Professor at Wellesley College.

The event will be bilingual, French-English. Colleagues wishing to present a paper are invited to send a request to participate before February 25th, 2020, to the following email address: ceccopop@gmail.com.

Proposals must include an abstract of 250 to 500 words (one or two sheets) and a one-page Vitae. They should clearly articulate the central question, theoretical and methodological approaches, evidence that will be used to address the argument, and the broader implications of the work for the study of political communication. They will be subject to a double-blind evaluation by the Scientific Board.

Attendees will be notified of acceptance by March 20, 2020. All papers must be presented in English or French with a Power Point in the other language. PowerPoint presentations based on accepted abstracts will be due June 15, 2020. The conference fee will be 120 euros to cover participation expenses and lunch. All participants should find their own accommodations in Paris.

Colloque international, Paris, 24-25 juin 2020 “La communication politique des protestations et des émotions”

Les 24 et 25 juin 2020, le Centre d'Études Comparées en Communication Politique et Publique (Ceccopop) tiendra son 26e colloque annuel à Paris en partenariat avec l'École Internationale d'Études Politiques de l'Université Paris Est - UPEC. Le colloque se focalisera sur le rôle de la communication politique dans l'étude des protestations, des manifestations et des démonstrations anomiques d'émotions.

Partout dans le monde, nous avons assisté à la montée de protestations et d'expressions de passion en opposition aux structures de pouvoir dominantes, aux dirigeants et aux décisions des élites. De nouveaux dirigeants américains ou ukrainiens sans passé ni soutien politique traditionnel ont été élus, montrant, comme en France, que l'émotion a été un facteur majeur de la décision individuelle de voter (Foucault, 2017). Des manifestations ont eu lieu dans des démocraties établies de longue date, des démocraties en transition et même dans des pays non démocratiques, invoquant de nombreuses formes de communication. Printemps Arabes, manifestations, phénomène dit des "gilets jaunes" et grèves apparemment sans fin en France, Marche des Femmes aux États-Unis, pétitions et marches californiennes ou australiennes sur le changement climatique, rassemblements xénophobes dans maints pays européens, partis populistes italiens ou indonésiens au pouvoir, manifestations en Inde contre les lois discriminant les musulmans, ces dernières années ont vu les protestations et les émotions envahir la sphère politique en s'appuyant sur la toute nouvelle gamme d'outils octroyée par les médias traditionnels auxquels se sont ajoutés les réseaux sociaux.

L'action anomique est généralement le résultat d'une certaine frustration concernant les canaux politiques réguliers, c'est-à-dire un échec de communication entre les gouvernés et le gouvernement. Platon prévient que : « Quand la révolution vient, elle peut sembler provenir de petites causes et de petits caprices ; mais bien qu'elle puisse résulter de petits événements, il s'agit du résultat accumulé de torts graves et accumulés » (Bloom, 1968, 556). De même, les protestations découlent d'un sentiment de blessure ou de menace. Elles peuvent être violentes ou pacifiques ;
rechercher le changement ou essayer de revenir aux schémas dominants de privilèges ou de pouvoir ciblant des élites gouvernementales, économiques, religieuses ou culturelles particulières. De plus, des contre-protestations peuvent survenir fondées sur des questions sociétales à résoudre ou sur des valeurs morales. Dans tous ces cas, la protestation est essentiellement une action de communication pleine d'émotions. Historiquement, les émotions et la cognition/raison ont été considérées comme des phénomènes désincarnés et séparés, mais les recherches actuelles soutiennent qu'il s'agit de processus de compréhension et de création de sens intégralement liés (Marcus & al., 2000, Jasper, 2018). À travers le prisme de la communication politique, les chercheurs peuvent explorer le cadrage des protestations, ou les identités qui sont mises en avant, et les agendas qu'elles définissent, qui sont tous des facettes de la communication politique.

Quelques questionnements possibles. Quels outils de communication aident à diffuser ou contenir les mouvements de protestation ? Quels messages émotionnels sont repris dans la couverture médiatique des protestations ? Quelles émotions s'expriment dans quelles conditions et par qui ? Quelles sont les implications pour la gouvernance de la propagation des protestations émotionnelles ? Quelles émotions sont exprimées verbalement, visuellement, oralement, symboliquement ? Quelles sont les émotions qui poussent les gens à protester ? Comment les dirigeants se servent-ils d'appels affectifs pour fomenter, canaliser ou réprimer les protestations ? Comment certains dirigeants parviennent-ils à canaliser les émotions afin d'obtenir ou de maintenir leur pouvoir ? Les réseaux sociaux ont-ils encouragé les protestations et comment se comparent-elles à celles d'il y a un siècle, lorsque le populisme et le nationalisme progressaient ?

Ces questions centrales feront l'objet du colloque international de communication politique comparée qui se tiendra à Paris sous l'égide du Centre d'Études Comparées en Communication Politique et Publique (www.ceccopop.com) les 24 et 25 juin 2020 en partenariat avec l'École Internationale d'Études Politiques de l'Université Paris Est - UPEC. Cette manifestation scientifique réunira des chercheurs et des professionnels de la communication de plusieurs pays.

La conférence est organisée par Philippe J. Maarek, professeur spécialisé en communication politique à l'Université Paris Est Créteil (UPEC), ancien président des sections de recherche en communication politique de l'IPSA et de l'IAMCR, membre associé du Sic.Lab Mediterrannée, ancien membre de l'Institut des Sciences de la Communication du CNRS, et directeur du CECCOPOP. Il en assure sa coordination scientifique avec Ann Crigler, professeur de science politique et de relations internationales à l'Université de Californie du Sud et Marion Just, professeur émérite au Wellesley College.

L'événement sera bilingue, français-anglais. Les collègues souhaitant présenter un article sont invités à envoyer une demande de participation avant le 25 février 2020, à l'adresse e-mail suivante : ceccopop@gmail.com

Les propositions doivent inclure un résumé de 250 à 500 mots (un à deux feuillets) et un C.V. d'une page maximum. Elles devraient articuler clairement leur question centrale, les approches théoriques et méthodologiques, les données utilisées pour justifier l'argumentation, et les implications plus larges du travail pour l'étude de la communication politique. Elles seront évaluées en double aveugle par le conseil scientifique.

Les participants seront informés de leur acceptation au plus tard le 20 mars 2020. es communications doivent être présentés en Anglais ou en Français avec l'appui d'un PowerPoint dans l'autre langue. Les présentations PowerPoint basées sur les propositions acceptées devront être envoyées le 15 juin 2020.

Les frais d'inscription des intervenants seront de 120 euros pour couvrir les dépens de participation et le déjeuner. Les participants doivent s'assurer individuellement de leur propre logement à Paris.