Prix et bourses – Prix Karl Deutsch

Karl DeutschLe prix Karl Deutsch a pour but d’honorer un éminent scientifique engagé dans la recherche interdisciplinaire dont Karl Deutsch était passé maître. Le lauréat présente la conférence Karl Deutsch du Congrès mondial de science politique. Les conférences Karl Deutsch sont publiées dans l'International Political Science Review. Le prix est décerné sur la recommandation du comité des prix et bourses et est financé par le Fonds Karl Deutsch.

Karl Wolfgang Deutsch (1912-1992)

Né à Prague, Karl Deutsch émigre aux États-Unis à la fin des années 30. Il enseigne à MIT, à Yale et à Harvard. Président de l’AISP de 1976 à 1979, il est également président de l’American Political Science Association et directeur de l’Institut international de recherche comparée en sciences sociales du Centre des sciences de Berlin. Il décède en novembre 1992.

Date limite: 1 novembre 2017

Montant - 1000$ US (1 lauréat)

Le prix est d’un montant de 1000$ US, attribué à un lauréat.
Financement: Fonds Karl Deutsch

Présentation spéciale au Congrès mondial de science politique à Brisbane 2018.

Directives pour les candidatures - Associations régionales et nationales

Les associations nationales et régionales de l’AISP sont invitées à proposer les candidatures.

Les mises en candidature doivent indiquer les mérites du ou de la candidate proposée et être accompagnées de leurs biographie et bibliographie. Elles doivent aussi comprendre des lettres de recommandation, signées par des scientifiques renommés, ainsi qu’un rapport sur les citations du candidat dans le Social Science Citation Index au cours des 15 dernières années.

Les candidatures doivent être envoyées :

Par courriel : une version PDF à l’attention de Guy Lachapelle, secrétaire général de l’AISP, à : awards@ipsa.org

ou

Par la poste :

Guy Lachapelle
Secrétaire général
Association internationale de science politique (AISP)
1590, av. Docteur-Penfield, bureau 331
Montréal (QC)  H3G 1C5
Canada


Lauréats du prix Karl Deutsch

2016 Rein Taagepera

Rein Taagepera est professeur émérite à l’Université de Californie à Irvine et à l’Université de Tartu (Estonie). Il a remporté le prix Johan Skytte de science politique en 2008. Il compte trois articles scientifiques en physique à son actif et plus de 120 publications en sciences sociales.

M. Taagepera s’intéresse aux modèles de prédictions logiques permettant de faire des évaluations quantitatives en sciences sociales en complément aux données empiriques, de même qu’aux études baltes et finno-ougriennes. Ses travaux actuels portent sur la prédiction du nombre de partis et de leur taille respective selon les systèmes électoraux, ainsi que sur les répercussions de ces facteurs sur la stabilité des gouvernements. M. Taagepera a aussi conçu et testé des modèles applicables aux courses aux armements, à la croissance de la population mondiale et des empires historiques, ainsi qu’aux liens de dépendance entre le commerce extérieur et la population des pays. Il est l’auteur d’ouvrages sur l’histoire contemporaine des pays baltes et des républiques finno-ougriennes au sein de la Fédération de Russie. Il s’est porté candidat à la présidence de l’Estonie (1992) et a remporté 23 % des suffrages exprimés. Il a également été président fondateur d’un nouveau parti estonien en 2001-2002, formation politique dont un candidat sera élu premier ministre quelque temps plus tard.

 

 

Pippa Norris2014 Pippa Norris

Pippa Norris est politologue comparative, Maître de conférences McGuire en politique comparée à la John F. Kennedy School of Government de Harvard, Laureate Research Fellow et professeure de gouvernement et de relations internationales à l'Université de Sydney, et Directrice du projet Electoral Integrity. Ses recherches comparent les élections, l'opinion publique, les institutions démocratiques, les cultures, la politique de genre et les communications politiques de plusieurs pays. Conférencière reconnue et auteur prolifique, elle a aussi dirigé la Gouvernance démocratique à la PNUD (la division d’approvisionnement des Nations Unies) à New York et a été consultante ou experte pour de nombreuses autres organisations internationales, notamment l'OSCE, la Banque mondiale, l'UNESCO, le NDI (Institut démocratique national) et l'ONU Femmes.

Elle a publié plus de quarante livres dont, en 2014, Why Electoral Integrity Matters (NY: Cambridge University Press), Advancing Electoral Integrity édité avec Richard W. Frank et Ferran Martinez I Coma (NY: Oxford University Press) et Comparing Democracies édité avec Lawrence LeDuc et Richard Niemi (4e édition, Sage Publications, UK). On lui a attribué, avec Ronald Inglehart, le prix Johan Skytte 2011 en science politique, l'édition 2011 du Kathleen Fitzpatrick Australian Laureate Fellowship du Conseil australien de la recherche, une « reconnaissance spéciale » décernée par l'Association britannique de science politique ainsi qu’un doctorat honoris causa de l'Université d'Edimbourg. Ses  récompenses littéraires comprennent le prix 2006 Doris A. Graber pour le meilleur livre de communication politique (pour A Virtuous Circle) et le prix Virginia Hodgkinson du secteur indépendant (pour Sacred and Secular). Vous trouverez des détails à l’adresse www.pippanorris.com .

 

Alfred Stepan2012 Alfred Stepan

Alfred Stepan est professeur Wallace Sayre de Gouvernement à l'Université Columbia (New-York). Le professeur Stepan est spécialiste en démocratie comparée dans le monde moderne. Il est membre élu de la British Academy et membre de l'Académie Américaine des Arts et des Sciences. Il est récipiendaire de nombreux prix et distinctions, incluant le prix Kalman Silvert, décerné par l'Association des Études Latino-Américaines pour sa contribution soutenue à l'étude de l'Amérique Latine. Son livre,  Problems of Democratic Transition and Consolidation: Southern Europe, South America, and Post-Communist Europe, co-écrit avec Juan J. Linz, a été traduit en huit langues. Parmi ses nombreux autres ouvrages : Rethinking Military Politics: Brazil and the Southern Cone,  The Breakdown of Democratic Regimes, édité avec Juan J. Linz, ainsi que Arguing Comparative Politics, qui inclut l'article très souvent traduit The World’s Religious Systems and Democracy: Crafting the “Twin Tolerations”. Il a été consultant invité dans plusieurs pays incluant le Brésil et l'Ukraine, pour la création de constitutions, ainsi qu'en Inde, pour des révisions constitutionnelles. Il a été Professeur Gladstone de Gouvernement à l'Université Oxford, où il a été membre du Collège All Souls, Professeur de Science Politique à l'Université Yale, Premier Recteur et Président du Central European University (Budapest, Prague, Varsovie) et doyen de l'École d'Affaires Internationales et Publiques à l'Université Columbia.

 

Giovanni Sartori

2009 - Giovanni Sartori

Giovanni Sartori est professeur émérite de science politique à l’Université Columbia de New York. Le Pr Sartori fait des contributions durables aux domaines de la théorie démocratique, des systèmes des partis et de l’ingénierie constitutionnelle. Membre de l’American Academy of Arts and Sciences, il reçoit plusieurs prix, dont l’Outstanding Book Award of the American Political Science Association. Parmi ces publications récentes, citons « La democrazia in trenta lezioni », publiée par Lorenza Foschini (Mondadori 2008), « Mala costituzione e altri malanni » (Laterza 2006), « Semantics, Concepts and Comparative Method » publiée par S. Sepheriades, (Papazisis, édition grecque 2005) et « Mala tempora » (Laterza, cinquième réimpression 2004). Directeur du Département de science politique de l’Université de Florence de 1969 à 1972, il occupe le poste de professeur Albert Schweitzer en lettres et sciences humaines à l’Université Columbia de 1979 à 1994, avant d’être nommé Professeur émérite. Il enseigne aussi à Stanford, à Yale, et à Harvard.

Pour visualiser la conférence Karl Deutsch lors du Congrès mondial 2009 de l’AISP à Santiago du Chili : http://videolectures.net/ipsa09_sartori_kdlecture/

 

Charles Tilly

2006 - Charles Tilly

Les travaux de Charles Tilly portent sur le changement social à grande échelle et sa relation avec les mouvements de contestation, surtout en Europe, depuis le XVIe siècle. Titre de ses ouvrages les plus récents : Extending Citizenship, Reconfiguring States (sous la direction de Michael Hanagan, Rowman et Littlefield, 1999), How Social Movements Matter (sous la direction de Marco Giugni et Doug McAdam, University of Minnesota Press, 1999), Dynamics of Contention (avec Doug McAdam et Sidney Tarrow, Cambridge University Press, 2001), et Silence and Voice in the Study of Contentious Politics (avec Ronald Aminzade et al., Cambridge University Press, 2001); Stories, Identities, and Political Change (Rowman & Littlefield 2002), The Politics of Collective Violence (Cambridge University Press, 2003), et Contention and Democracy in Europe, 1650-2000 (Cambridge University Press). Il a aussi co-écrit Politics, Exchange, and Social Life in World History (Wadsworth) et supervisé le projet de recherche collaborative Académie des sciences russe – National Academy of sciences sur le conflit dans les sociétés multiethniques.

 

 

 

Juan Linz Photo

2003 - Juan Linz

Juan Linz, PhD, Columbia University, 1959, est Sterling Professor Emeritus of Political and Social Science, et ex-président du Committee on Political Sociology of the International Sociological Association and the International Political Science Association. Il est Guggenheim Fellow et Fellow de l’Institute for Advanced Study et du Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences. Il détient un doctorat honorifique de plusieures universités : Georgetown, Granada, Autónoma de Madrid et Marburg, Universidad del Pais Vasco; en 1987, il reçoit le prix Principe de Asturias pour les sciences sociales et en 1996, le Johan Skyte Prize in Political Sciences, le prix de l’Academia Europaea et le titre de Corresponding Fellow de la British Academy. Ses publications comprennent Crisis, Breakdown and Reequilibration, an introductory volume to The Breakdown of Democratic Regimes; Totalitarian and Authoritarian Regime; Problems of a Democratic Transition and Consolidation; Southern Europe, South America and Post-Communist Europe, avec Alfred Stepan; The Failure of Presidential Democracy; Sultanistic Regimes, avec Houchang Chehabi et Robert Michels; Political Sociology and the Future of Democracy; Conflicto en Euskadi et des essais et monographies sur la politique espagnole et la société dans des volumes publiés. Sa recherche sur la sociologie des mouvements fascistes est publiée dans le Reader's Guide to Fascism et Who Were the Fascists? Il co-écrit (avec L. Diamond et S. M. Lipset) un ouvrage en quatre volumes intitulé Democracy in Developing Countries. Ses écrits ont été traduits en espagnol, en italien, en allemand, en français,  japonais, chinois, coréen et turc.

 

 

Jean Laponce Photo

2000 - Jean Laponce

Né à Decize sur Loire, Jean Laponce, après des études à l’Institut d’Études Politiques de Paris et à l’Université de Californie de Los Angeles, enseigne à l’Université de la Colombie-Britannique dont il est professeur émérite. Il enseigne aussi à l’Université d’Ottawa et à l’Université Aiki Shukutoku de Nagoya. Membre du Comité exécutif de l’AISP de 1966 à 1972, il en est le président de 1973 à 1976. Il rejoint John Meisel comme codirecteur de publication de l’IPSR en 1985. Il est l’auteur de The Protection of Minorities, 1961; The Government of France under the Fifth Republic, 1962, People vs Politics, 1970; Left and Right, 1981; Langue et territoire, 1984 (traduit et révisé sous le titre de Languages and Their Territories, 1987); Loi de Babel et autres régularités des rapports entre langue et politique, 2006; Le Référendum de Souveraineté, 2010. Il est, avec Jean Gottmann, cofondateur du Réseau de chercheurs Géographie et Politique. Il lance un comité de recherche consacré à l’expérimentation en science politique qui périclite, puis un second comité, Langue et politique qui, lui, se porte bien.

 

 

 

Gabriel Almond

1997 - Gabriel Almond

Gabriel Almond enseigne au Brooklyn College (maintenant la City University of New York) de 1939 à 1942. Avec l’engagement des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, M. Almond entre au Bureau des renseignements de guerre où il analyse la propagande ennemie, avant de prendre la tête de la Section Information sur l’ennemi. Après la guerre, il travaille pour la U.S. Strategic Bombing Survey dans l’Allemagne d’après-guerre.

Almond reprend sa carrière universitaire en 1947. Il enseigne à Yale (1947-1950 puis de 1959 à 1963), à Princeton (1950-1959) et à Stanford University (1963-1993). Nommé Fellow de l’American Academy of Arts and Sciences en 1961, il est directeur du Département de science politique de Stanford de 1964 à 1969 et professeur invité aux universités de Tokyo, de Belo Horizonte au Brésil et de Kiev. Malgré sa retraite en 1976, il devient professeur émérite de Stanford, et continue à écrire et à enseigner jusqu’à sa mort, survenue le 25 décembre 2002.

Almond préside le Committee on Comparative Politics du Social Science Research Council pendant de nombreuses années ainsi que l’American Political Science Association (APSA) de 1965 à 1966. En 1981, il reçoit le prix James Madison de l’APSA, qui souligne l’apport exceptionnel d’un scientifique politique au cours de sa carrière. Almond est le premier lauréat du prix Karl Deutsch.