Prix et bourses – Le prix Meisel-Laponce

Meisel-Laponce Award

Le prix Meisel-Laponce a été créé par la Revue internationale de science politique (RISP) pour honorer John Meisel et Jean Laponce, les deux premiers rédacteurs en chef de la RISP.

Le prix est attribué tous les deux congrès mondiaux de science politique au meilleur article publié dans la RISP au cours des quatre dernières années. Le premier prix fut remis au Congrès mondial de l’AISP à Madrid en juillet 2012.

Le prochain prix sera décerné au Congrès mondial de 2020.

 

 

John Meisel

D'origine tchèque, John Meisel est le premier professeur émérite Sir Edward Peacock en science politique de la Queen’s University. Compagnon de l’Ordre du Canada, il a été président de la Société royale du Canada et président du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. Hormis ses séjours à Yale et au Royaume-Uni en qualité de professeur invité, il poursuit toute sa carrière universitaire à Queen’s où il inaugure les études sur les élections et les partis politiques, le rôle du gouvernement dans les arts, la politique de la réglementation et les défis de la cohésion nationale. Il est directeur-fondateur de la Revue canadienne de science politique et de la Revue internationale de science politique. Passionné par l’enseignement, la recherche, l’écriture et la nature, et il trouve difficile de ne pas s’intéresser aux grandes questions touchant le bien public. On peut le joindre à : meiselj@queensu.ca.

Jean Laponce

Né à Decize sur Loire, Jean Laponce, après des études à l’Institut d’Études Politiques de Paris et à l’Université de Californie à Los Angeles, enseigne à l’Université de la Colombie Britannique dont il est professeur émérite. Il enseigne aussi à l’Université d’Ottawa et à l’Université Aiki Shukutoku de Nagoya. Membre du Comité exécutif de l’AISP de 1966 à 1972, il en est le président de 1973 à 1976. Il se joint à John Meisel pour codiriger la publication de l’IPSR/RISP en 1985. Il est l’auteur de The Protection of Minorities, 1961; The Government of France under the Fifth Republic, 1962, People vs Politics, 1970; Left and Right, 1981; Langue et territoire, 1984 (traduit en anglais et révisé sous le titre de Languages and Their Territories, 1987); Loi de Babel et autres régularités des rapports entre langue et politique, 2006; Le Référendum de Souveraineté, 2010. Il fonde, avec Jean Gottmann, le réseau de chercheurs Géographie et Politique. Il lance aussi le comité de recherche Langue et politique.

 

Montant - 1000$ US et frais de déplacement

Le prix, d’un montant de 1000$ US est parrainé conjointement par l’Association de science politique et par les publications SAGE.

 

Candidatures - RISP / SAGE

Les rédacteurs en chef sélectionnent et proposent les six meilleurs articles publiés dans la RISP depuis le dernier Congrès mondial de science politique. Avec la collaboration du comité de rédaction de la RISP, ils choisissent le finaliste.

Un lien sur la page d’accueil de l’IPSR/RISP (http://ips.sagepub.com/) renvoie aux articles proposés pour le prix et SAGE en fournit un accès libre.

Le ou les lauréats sont annoncés dans un numéro de la RISP et le prix est remis lors d’une réception organisée par SAGE, tous les deux Congrès mondiaux de science politique de l’AISP.


Lauréats du prix Meisel-Laponce

2015

Lingling Qi et Doh Chull Shin, "How mass political attitudes affect democratization: Exploring the facilitating role critical democrats play in the process", International Political Science Review/Revue internationale de science politique, 32:3 (Juin 2011), 245-62.

Titulaire d’un doctorat en science politique de l’Université du Missouri à Columbia (2010), Lingling Qi est professeure associée à la School of Government de l’Université Nanjing, en Chine. Spécialiste de la politique comparée et des relations internationales, elle étudie plus particulièrement la démocratie et la démocratisation et a recours aux méthodes quantitatives pour analyser la culture civique et les institutions politiques.

Doh Chull Shin est chercheur invité à la chaire Jack W. Peltason du Center for the Study of Democracy de l’Université de Californie à Irvine. Il a notamment publié les ouvrages Confucianism and Democratization in East Asia (2012) et  Mass Politics and Culture in Democratizing Korea (2000), et a coédité How East Asians View Democracy (2008). Ses articles, qui comparent la dynamique et les caractéristiques de la démocratisation de la culture et des institutions, ont été publiés dans les plus importantes revues de science politique. M. Shin a été chercheur invité à l’Université nationale australienne, à l’Université d’Europe centrale de Budapest, à l’Université Charles de Prague, à l’Université nationale de Séoul, à l’Université du Cap et au Wissenschaftszentrum de Berlin. Ses recherches actuelles ont pour objet l’évaluation de l’authenticité des déclarations de soutien à la démocratie parmi les populations contemporaines à l’échelle mondiale et l’étude poussée des mécanismes de transformation des sociétés empreintes d’une culture politique en des sociétés autoritaires et post-autoritaires.

Finalistes

Anthony et Heather Smith, "Human Trafficking: The Unintended Effects of United Nations Intervention", International Political Science Review/Revue internationale de science politique, 32:2 (Mars 2011), p. 125-145.

 

2011

Jørgen Møller et Svend-Erik Skaaning, « Beyond the Radial Delusion: Conceptualizing and Measuring Democracy and Non-democracy », International Political Science Review, 31:3 (2010).

Titulaire d’un PhD de l’Institut universitaire européen de Florence, en Italie (2007), Jørgen Møller est actuellement professeur agrégé au Département de science politique de l’Université Aarhus, au Danemark. Il s’intéresse à la conceptualisation de la démocratie, au changement politique post-communiste, à l’analyse historique comparée de la démocratisation et de la formation d’un État, ainsi qu’à la méthodologie qualitative.

Svend-Erik Skaaning détient un PhD du Département de science politique de l’Université Aarhus (2007) où il enseigne maintenant à titre de professeur agrégé. Ses intérêts de recherche portent sur sur la conceptualisation et la mesure de la démocracie, les libertés civiles, la primauté du droit, le changement de régime politique, la capacité de l’État, et la méthodologie comparée.